Par Caroline CREPET

On nous questionne sans cesse sur nos aspirations. On nous engage à respirer, profondément, à être inspirés avant d’expirer, à faire des choses inspirantes avant que les dates limites nous indiquent l’obsolescence. Et souffler alors ? Les feuilles mortes d’un automne pourpre et pluvieux ; les idées noires qui cherchent des couleurs nouvelles dans la palette des ciels ; et nos fantômes qui NOUS libèrent dans un grand tourbillon blanc. On les voit enfin. On en saisit le souffle qui cherche la transparence et on les perd de vue. On les regretterait presque.  Heureusement, Caroline les a saisis.

https://carocrepet.wixsite.com/photographie

Pin It on Pinterest

Share This