Un passage, c’est ouvert ou fermé : il n’y a pas de demi-mesure, de nuances, c’est binaire, c’est oui ou non, autorisé ou non, possible ou pas, comme un langage d’algorithme même malin. Et pourtant n’est-ce pas dans l’entre-deux que se déploie la vie ? Entre deux terres, quand on quitte son sol menaçant pour tenter de rejoindre des contrées moins hostiles ; ou censées l’être ;  entre deux portes quand le côte à côte et la croisée des regards en dit plus que les mots appauvris et asséchés ; entrebâillé quand rien ne se distingue et tout peut se deviner. Car on peut entrevoir des deux côtés, apercevoir des ombres, imaginer des lueurs. Ce n’est pas tout à fait net, rectiligne, non, plutôt ombré, hésitant, délavé, flou…comme un espace temps qui s’offre et s’ouvre, mais qui peut à tout moment se refermer. Un détour entrevu pour lutter contre les pesanteurs de l’aseptisé et du convenable. Entre nous.

https://www.herve-crepet-photographe.com

Pin It on Pinterest

Share This